La mode inclusive : comment l’industrie réinvente la beauté ?

mode grande taille

La mode a longtemps été synonyme d’exclusivité, dictant des normes de beauté inaccessibles pour la majorité. Cependant, ces dernières années ont vu émerger une révolution inclusive qui bouscule les codes établis. Les collections se diversifient, les podiums s’ouvrent à tous les profils, et les campagnes de pub célèbrent la différence. Dans cet article, nous explorons les multiples facettes de cette mode inclusive qui réinvente notre rapport à la beauté. Prêt(e) à découvrir comment l’industrie se transforme pour refléter la diversité de notre société ? Suivez le guide !

L’essor des collections adaptées à tous les profils

L’un des changements les plus marquants de ces dernières années est l’émergence de collections pensées pour habiller tous les corps. Exit les stéréotypes et les tailles uniques, place à la mode accessible à chacun(e) ! Des marques pionnières comme Universal Standard, almeparis.com ou Good American ont ouvert la voie en proposant des vêtements du 34 au 52, tandis que des enseignes plus traditionnelles emboîtent le pas. Nike a par exemple lancé une ligne de vêtements de sport adaptés aux morphologies plus rondes, quand Tommy Hilfiger a créé une collection capsule pensée pour les personnes en situation de handicap.

Mais au-delà des tailles, c’est toute l’offre qui se réinvente pour s’adapter aux besoins et envies de chacun(e). Des marques comme Asos ou Zalando proposent des sélections « mode senior » avec des coupes et matières confortables, quand d’autres développent des collections « genderless » qui effacent les frontières entre masculin et féminin. De quoi permettre à chacun(e) de s’habiller selon ses goûts, sans se sentir exclu(e) par une industrie normative. Voici un aperçu des offres inclusives proposées par quelques grandes enseignes :

EnseigneOffre inclusive
H&MCollection grande taille H&M+, collection H&M Kids allant jusqu’au 14 ans
ZaraLigne Zara Basic avec des coupes adaptées à toutes les morphologies
MangoCollection grande taille Violeta by Mango, sélection Mango Kids & Baby

Des défilés plus représentatifs de la diversité

Cette inclusivité se reflète aussi sur les podiums des défilés, qui s’ouvrent enfin à des profils plus diversifiés. Fini le temps des mannequins filiformes et des physiques irréels, les maisons de couture célèbrent désormais la différence sous toutes ses formes. On se souvient par exemple du défilé Fenty x Puma par Rihanna en 2017, qui avait fait sensation en faisant défiler des mannequins de toutes origines, morphologies et carnations. Plus récemment, la marque Chromat a marqué les esprits lors de la fashion week new-yorkaise en présentant une collection portée par des mannequins de tous âges, genres et corpulences.

Lire :  Comment nettoyer ses sneakers ?

Cette représentativité s’incarne aussi par la présence de plus en plus fréquente de mannequins atypiques, autrefois invisibilisés par l’industrie. On pense notamment à :

  • Ashley Graham, égérie grande taille qui a défilé pour Michael Kors, Dolce & Gabbana ou encore Prabal Gurung
  • Winnie Harlow, mannequin atteinte de vitiligo qui a foulé les podiums de Victoria’s Secret et Desigual
  • Hari Nef, première femme transgenre à défiler pour Gucci et L’Oréal Paris
  • Huang Wen, top model senior qui a défilé pour Dolce & Gabbana à 79 ans

Autant de profils inspirants qui prouvent que la beauté n’a pas d’âge, de taille ou de couleur, et que les podiums ont tout à gagner à refléter la diversité de notre société.

Les campagnes de pub qui cassent les codes

Autre signe fort de cette révolution inclusive : les campagnes de publicité, qui se réinventent pour promouvoir une vision plus représentative de la beauté. Exit les corps retouchés et les canons irréalistes, place à l’authenticité sous toutes ses formes ! La marque de lingerie Savage x Fenty a par exemple fait sensation avec ses visuels mettant en scène des femmes de toutes morphologies, âges et origines, dans une célébration assumée de la diversité des corps.

De son côté, Dove a lancé dès 2004 sa campagne « Real Beauty » devenue culte, avec des visuels montrant des femmes lambda de tous profils. Un pari audacieux pour l’époque, qui a contribué à banaliser les corps imparfaits dans le paysage publicitaire. Plus récemment, la marque de cosmétiques Fenty Beauty a misé sur des visuels ultra-inclusifs pour le lancement de son fond de teint décliné en 40 teintes, avec des mannequins de toutes carnations, du plus clair au plus foncé.

Autant d’exemples qui prouvent que l’industrie prend conscience de l’importance de refléter la diversité dans sa communication. Et les consommateurs sont au rendez-vous : la campagne Savage x Fenty a généré un buzz mondial, tandis que le fond de teint Fenty Beauty est devenu un best-seller instantané. De quoi encourager les marques à poursuivre leurs efforts vers plus de représentativité !

Lire :  Nouer un nœud papillon comme un pro

L’influence des réseaux sociaux et du body positive

mode inclusive

Cette révolution inclusive doit aussi beaucoup aux réseaux sociaux, qui ont permis l’émergence de nouveaux modèles alternatifs. Sur Instagram ou TikTok, une génération d’influenceurs aux profils variés s’imposent comme les porte-voix d’une beauté plurielle. On pense par exemple à Jess Quinn, mannequin et créatrice de contenus néo-zélandaise qui promeut une vision décomplexée du handicap, ou encore à Clémentine Desseaux, top model grande taille française qui milite pour une mode plus inclusive.

Ces influenceurs sont aussi les figures de proue du mouvement body positive, qui célèbre l’acceptation de soi et encourage à s’affranchir des diktats. Avec des hashtags comme #effyourbeautystandards ou #celebratemysize, ils incitent leurs abonnés à s’aimer tel qu’ils sont, et interpellent les marques sur leur manque de diversité. Un activisme digital qui porté ses fruits, poussant l’industrie à revoir ses standards pour proposer une mode à l’image de la société. Parmi les comptes les plus inspirants, on peut citer :

  • @theashleygraham (12 millions d’abonnés) : mannequin grande taille devenue une icône du body positive
  • @winnieharlow (9 millions d’abonnés) : top model atteinte de vitiligo qui prône l’acceptation de soi
  • @sinead.burke (238k abonnés) : activiste irlandaise de petite taille qui milite pour plus d’inclusivité
  • @theebodypositive (22k abonnés) : compte qui partage des contenus inspirants sur le body positive au quotidien

En donnant une visibilité inédite à des profils autrefois invisibilisés, les réseaux sociaux ont contribué à faire évoluer les mentalités et les représentations. Ils sont devenus un véritable contre-pouvoir, capable de pousser les marques à plus de diversité et d’inclusivité. Une influence positive qui ne fait que commencer !

Les défis qui restent à relever pour une mode réellement inclusive

Si l’industrie de la mode a fait d’indéniables progrès en matière d’inclusivité ces dernières années, il reste encore du chemin à parcourir pour ancrer durablement ces changements. Car derrière les belles campagnes de pub et les défilés plus représentatifs, certaines marques peinent encore à traduire leurs engagements dans les faits. Beaucoup proposent des collections grandes tailles… mais dans une sélection de modèles limités, ou à des prix prohibitifs. D’autres mettent en avant des mannequins atypiques… mais retombent dans les stéréotypes dès qu’il s’agit de vendre leurs produits.

Lire :  Le guide ultime pour trouver le sac à main parfait

Pour gagner en crédibilité, les marques doivent donc veiller à aligner leurs discours et leurs actes, en ancrant l’inclusivité dans leur ADN. Cela passe par une remise en question profonde de leurs processus, depuis la conception des collections jusqu’à la communication en passant par la politique de casting. Trois leviers essentiels pour transformer l’essai :

  1. Repenser le développement produit pour proposer des collections réellement inclusives, pensées pour tous les corps et tous les styles dès la conception. Cela implique de revoir les tallages, les coupes, les matières, mais aussi de former les équipes à cette nouvelle approche.
  2. Casser les codes du casting en recrutant des profils plus diversifiés à tous les niveaux : mannequins, égéries, collaborateurs… L’objectif ? S’entourer de personnes représentatives de la société dans son ensemble, pour ancrer la diversité au cœur des équipes.
  3. Transformer la communication en proposant des campagnes et contenus qui reflètent une beauté plurielle, sans retomber dans les stéréotypes. Cela passe par une représentation plus juste et nuancée des différents profils, mais aussi par un ton et un message adaptés.

Autant de chantiers qui nécessitent un engagement fort et durable de la part des marques, au-delà des opérations ponctuelles. Un défi de taille, mais nécessaire pour faire de l’inclusivité un véritable moteur de changement au sein de l’industrie.

Vers une redéfinition durable des canons de beauté ?

Au-delà de son impact sur l’industrie de la mode, cette révolution inclusive pourrait bien transformer durablement notre rapport à la beauté et à l’image. En célébrant la diversité sous toutes ses formes, elle bouscule les canons établis et nous invite à déconstruire nos préjugés. Fini les diktats et les injonctions, place à une beauté plurielle et assumée !

Un changement de paradigme qui a des répercussions bien au-delà des podiums. En se réconciliant avec des corps et des visages autrefois invisibilisés, la mode nous encourage à nous accepter tels que nous sommes. Elle devient un vecteur d’empowerment, qui redonne confiance et estime de soi à celles et ceux qui ne se reconnaissaient pas dans ses standards. Une évolution positive, qui contribue à faire évoluer les mentalités vers plus de tolérance et d’ouverture d’esprit.

Mais cette révolution inclusive est-elle vouée à durer, ou n’est-elle qu’une tendance passagère ? Difficile de prédire l’avenir, tant l’industrie de la mode est changeante et soumise aux aléas. Une chose est sûre cependant : le mouvement a déjà profondément transformé notre rapport à l’image, et il semble difficile de revenir en arrière. Les consommateurs sont de plus en plus attentifs à la représentativité des marques, et n’hésitent plus à les interpeller sur les réseaux sociaux. Un activisme qui pousse l’industrie à se réinventer en profondeur, pour proposer une mode enfin à l’image de la société.

Alors, tendance ou révolution de fond ? Une chose est sûre : la mode inclusive a encore de beaux jours devant elle. Et nous ne pouvons que nous en réjouir !